Custom Keto Diet

[

Google croit toujours en Stadia, tout juste un an après son lancement officiel. Pour que son service de cloud gaming soit plus attractif, Google a décidé d’établir une feuille de route 2021-2022 qui inclut l’arrivée de plus de 400 jeux sur ses serveurs actuellement en cours de développement.
C’est en tout cas ce que déclare Jack Buser, le directeur en charge des jeux pour Stadia, interrogé à ce propos par le site spécialisé MobileSyrup.

« Ce que je peux vous dire c’est que nous avons établi une feuille de route qui inclut la sortie de 400 jeux sur notre plate-forme. Pour la très grande majorité d’entre eux, ils sont encore en développement et plus de 200 créateurs travaillent d’arrache-pied pour proposer leur titre sur Stadia. Nous allons davantage communiquer sur l’arrivée de ces jeux très prochainement, qu’ils soient prévus pour cette année ou pour plus tard. »

À lire aussi : Google offre des kits complets Stadia à certains de ses abonnés YouTube Premium

À lire aussi : Stadia sur iOS : Google va bien opter pour une version web de son service de cloud gaming

Non, Google ne compte pas tuer Stadia

Qu’autant de titres soient attendus à certainement de quoi rassurer les utilisateurs actuels ou ceux qui voudraient éventuellement y goûter, mais ne le font pas par peur que Google ne le ferme sans prévenir. Jack Buser s’est voulu très rassurant à ce sujet :

« À la question : « êtes-vous impliqués et déterminés à faire en sorte que Stadia marche ? » La réponse est : « Oui, bien sûr ». […] Le gaming est l’un des plus gros business de Google. Si vous prenez un peu de recul et que vous considérez des services comme Stadia, Google Play ou encore YouTube, tous sont tournés vers les jeux et sont très importants pour notre entreprise. C’est pourquoi nous investissons autant de temps et d’énergie à aider les développeurs qui veulent tenter l’aventure Stadia afin que leur jeu s’y épanouisse. Nous avons une année très très riche qui s’annonce, sans parler de celles qui suivront. »

En parallèle, Stadia continue d’être amélioré et enrichi, mois après mois. Et ce, malgré le scepticisme de l’industrie à son égard. Il y a toutefois peu d’abonnés à la plate-forme car le manque de jeux – exclusifs ou non – et l’obligation d’avoir à (r)acheter des titres qui ne seront jouables que sur la plate-forme constituent deux gros freins à son adoption.

Sources :  MobileSyrup via 9to5Google





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *