sport

Alexis Pinturault sacré champion au classement de la Coupe du monde

Advertisement5



Publié le :

Alexis Pinturault a remporté, samedi, le classement général de la Coupe du monde de ski alpin grâce à sa victoire lors du slalom géant de Lenzerheide. Il devient le premier Français à s’adjuger le globe de cristal depuis 1997.

Un globe de cristal en guise de cadeau d’anniversaire. Le jour de ses trente ans, le skieur alpin Alexis Pinturault a offert à la France sa première victoire en Coupe du monde en ski alpin depuis 1997.

Le Savoyard a remporté le titre avec éclat en s’adjugeant la victoire lors du slalom géant de Lenzerheide (Suisse). Avec 107 points d’avance sur le Suisse Marco Odermatt, Alexis Pinturault ne peut plus être rejoint au classement de la Coupe du monde lors de la dernière épreuve, le slalom dimanche.

Deuxième de la Coupe du monde en 2019 et en 2020, Pinturault devient à 30 ans le quatrième skieur tricolore à décrocher le titre après Jean-Claude Killy (1967 et 1968), Michèle Jacot (1970) et Luc Alphand, le dernier, en 1997.

Il a bénéficié de l’annulation, en raison du mauvais temps dans le canton des Grisons, de plusieurs épreuves prévues à Lenzerheide, dont la descente et le Super-G, qui auraient pu profiter à Odermatt et à sa vitesse supérieure. Mais le Suisse n’a pu faire mieux que 11e samedi à 1 sec 28 de son rival français.

Alexis Pinturault a travaillé sans relâche, surmonté plusieurs désillusions et fait des choix forts pour s’épanouir jusqu’à devenir samedi le N.1 mondial de sa discipline.

Le Zidane des pentes enneigées

Le skieur français dévore depuis plus de dix ans les podiums en Coupe du monde, 70 au total, dont 34 victoires, soit le 9e skieur le plus victorieux de l’histoire, de très loin le meilleur français.

Dès mars 2011, à même pas 20 ans et après deux titres mondiaux chez les juniors, le phénomène monte sur un premier podium à Kranjska Gora (Slovénie). Puis il gagne en janvier 2012 à Moscou, la machine est lancée.

Ce talent polyvalent, capable de briller sur presque tous les terrains, fait rapidement l’unanimité comme “le nouveau Killy”, l’équivalent sur les pentes enneigées du nouveau Zidane.

Malgré cinq médailles mondiales et trois podiums olympiques, Alexis Pinturault a connu plusieurs échecs marquants. En février, grand favori, il s’élance en dernier sur la 2e manche du géant des Mondiaux de Cortina d’Ampezzo avec une avance confortable, mais se rate de façon inexplicable.

“Il prend peut-être plus de recul, il dramatise moins les mauvais résultats et attache moins d’importance aux bons résultats, notait son entraîneur, Fabien Munier, lors d’un entretien avec l’AFP.

“Je le sens plus épanoui de manière générale. Il commence petit à petit à faire craquer la carapace qu’il avait mis autour de lui.”

 Avec AFP

 





Source link

Advertisement6

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button