sport

le Français Mathieu Faivre champion du monde de parallèle individuel

Advertisement5



Publié le :

Le Français Mathieu Faivre est devenu, mardi, le premier champion du monde de l’histoire en parallèle individuel lors des championnats du monde de ski alpin à Cortina d’Ampezzo (Italie). La Fédération internationale de ski tente de promouvoir cette discipline spectaculaire depuis plusieurs années, malgré la réticence des athlètes.

Une première médaille d’or pour la France aux championnats du monde de ski alpin. À Cortina d’Ampezzo (Italie), Mathieu Faivre est devenu, mardi 16 février, champion du monde en parallèle individuel. C’est la première fois que la jeune discipline faisait partie du championnat du monde.

Une médaille reste une médaille. Mais il ne faut pas se mentir, une médaille sur une discipline reine, ce n’est pas la même saveur. Je ne m’entraîne pas toute l’année pour faire du parallèle (…) Le parallèle peut être sympa, il faut le faire à 100 % mais évidemment que pour moi, la course principale c’est le géant”, expliquait d’ailleurs Mathieu Faivre avant l’épreuve.

Champion presque par hasard donc ? Toujours est-il que Mathieu Faivre – qui ne comptait jusqu’ici qu’une victoire en Coupe du monde – a dominé en finale le Croate Filip Zubcic de 48 centième de secondes à l’issue de deux manches pour offrir à la France son premier titre des Mondiaux.

Le Suisse Loïc Meillard, grand favori, a bénéficié de la chute d’Alexander Schmid lors de la seconde manche de la petite finale pour décrocher la 3e place, sa 2e médaille de bronze après le combiné lundi. 

Chez les femmes, la Française Tessa Worley a terminé 3e devant l’Américaine Paula Moltzan (+1 sec 18), obtenant au passage la 4e médaille tricolore après le titre de Faivre et les deux médailles d’Alexis Pinturault (bronze et argent). L’Italienne Marta Bassino, 24 ans, et l’Autrichienne Katharina Liensberger, 23 ans, se sont partagées le titre après avoir terminé ex-aequo en finale.

Une discipline nouvelle et controversée

La Fédération internationale de ski (FIS) tente depuis quelques années de promouvoir les épreuves parallèles, en raison de leur côté spectaculaire et donc forcément télégénique. Cependant, elle peine à trouver le format idéal pour satisfaire téléspectateurs et athlètes, pour lesquels l’épreuve passe au second plan des ambitions.

Autre critique adressée à la fédération, le manque d’équité supposé de l’épreuve, qui pousse la FIS à tâtonner. Pour ces premiers championnats du monde, le parallèle individuel est devenu une course typée “géant”, et non plus slalom. Et, après des qualifications, les skieurs s’affrontent dans le tableau final lors de matches aller-retour où ils emprunteront donc les deux pistes (la bleue et la rouge) pour une meilleure équité (l’une des deux est souvent légèrement plus rapide). Le skieur le moins rapide lors du premier run s’élance en 2e manche en décalé avec le retard accumulé (au maximum 50 centièmes de seconde). Le premier à franchir la ligne se qualifie pour la suite.

Pas de quoi convaincre tout le monde. Chez les hommes, Alexis Pinturault et Henrik Kristoffersen, pourtant finalistes en Autriche lors de la seule autre épreuve de parallèle organisée cette saison hivernale, ont décidé de ne pas s’aligner. Tout comme l’Américaine Mikaela Shiffrin ou la Suissesse Michelle Gisin qui ont également décidé de faire l’impasse du côté des femmes.

Avec AFP





Source link

Advertisement6

One Comment

  1. Hello there. I’m so glad I found your blog, I actually discovered this by accident, when I’d been browsing Google for something else entirely, Just the same I’m here now and would certainly wish to express gratitude for a excellent blog posting and a over-all intriguing blog (I furthermore love the theme/design). I’ve saved it and in addition subscribed to your Rss feeds

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button