Custom Keto Diet

[

Presque aussi convoité qu’un rouleau de papier de toilette à la veille d’un confinement, le Home Trainer est devenu, au cours de ces derniers mois, l’une des stars des magasins de sport. Ce vélo « sans vélo » propose de faire du « vrai » vélo sans bouger de chez soi, mais non sans bouger ses fesses. Nous l’avons testé avec l’un des modèles les plus prisés du marché. 

Un Home Trainer n’est-il qu’un vélo d’appartement amélioré ?

Ses détracteurs le cantonnent au rang de vélo d’appartement hors de prix, mais le Home trainer est en réalité un dispositif bien plus complet que ces machines qui prennent la poussière après deux mois d’utilisation. Et pour cause, le Home trainer dispose de deux caractéristiques propres, il nécessite un véritable vélo et il est connecté. Grâce à ces deux propriétés, il serait capable de procurer des sensations plus proches du vélo classique, mais surtout il permettrait de faire du sport avec une grande communauté de passionnés, sans bouger de chez soi.

En effet, qu’il s’agisse d’un modèle sur lequel le vélo vient se clipser en gardant sa roue arrière ou d’un modèle à transmission directe pour lequel il faut retirer la roue arrière, disposer de son propre deux-roues est indispensable. En l’occurence, n’importe quel vélo compatible peut faire l’affaire, et il n’est pas nécessaire d’investir dans un vélo dédié. Néanmoins, la majorité des possesseurs de Home trainer choisiraient d’utiliser leur vélo de course pour leurs sessions afin de retrouver leur posture habituelle et des sensations plus proches de la réalité. C’est du moins ce que nous explique Sébastien Bon, le directeur commercial de ESM, le distributeur français de Wahoo.

Installation : l’étape la plus délicate

Le premier contact avec notre Home trainer de test n’est pas à proprement parler l’étape la plus sympathique de l’essai. En effet, avant d’être utilisé, celui-ci doit être monté. Avant l’installation, il faut s’assurer de disposer d’un modèle de vélo compatible. Il s’agit plus précisément de vérifier la compatibilité de sa cassette. La grande majorité des Home trainer fonctionne avec les transmissions les plus répandues (Shimano, Sram, Campagnolo) mais la vérification est nécessaire au risque de ne pas pouvoir utiliser le produit.

L’autre souci avec les modèles à transmission directe comme notre Kickr Core, c’est que Wahoo ne fournit pas les outils nécessaires au montage. En effet, pour assembler votre cassette sur le Home Trainer il est indispensable d’avoir dans sa caisse à outils un fouet à chaine et un démonte-cassette. Quant à l’opération de montage, elle n’est pas particulièrement compliquée pour quiconque a déjà changé une roue de vélo, mais elle nécessite de mettre les mains dans le cambouis et pourrait certainement rebuter plus d’un acheteur potentiel. Nous avons interrogé le distributeur français de Wahoo, sur les difficultés liées au montage du produit. Celui-ci s’en remet à l’expertise du réseau de distribution (l’essentiel des Home trainer est vendu dans des magasins de vélo) et sur l’expérience des utilisateurs qui sont pour leur grande majorité des cyclistes aguerris. 

Une fois la roue assemblée, la suite des opérations est on ne peut plus basique. Brancher son Home trainer, l’appairer en Bluetooth à une application et donner quelques coups de pédale pour la synchronisation du capteur. Notez qu’il est possible d’ajouter d’autres capteurs Bluetooth ou ANT+, que ce soit une montre ou une ceinture pour la fréquence cardiaque ou encore un capteur de puissance classique en suivant le même procédé.

Enfin précisons qu’il est possible d’étendre son installation avec des accessoires destinés à améliorer le confort du cycliste ou son immersion. Le tapis de protection parait presque indispensable, tout comme un ventilateur. Le Headwind, commercialisé par Wahoo et que nous avons pu tester, peut également se synchroniser au Home Trainer pour dispenser une ventilation graduelle selon la pente ou la vitesse. Néanmoins un ventilateur basique fait largement l’affaire. Enfin, d’autres accessoires comme Kickr Climb remplacent la roue avant du vélo pour simuler l’inclinaison de la route.

Ça roule… enfin presque

Une fois l’installation terminée, la mise en route n’est qu’une question de minutes et de volonté. Ou plus exactement de temps nécessaire au choix et au téléchargement de l’application sur laquelle vous souhaitez vous entrainer. Wahoo dispose bien sûr de sa propre « app », mais nous avons opté pour la plus connue et la plus utilisée d’entre elles : Zwift.

La très grande majorité des Home trainer sont compatibles avec Zwift et le Kickr Core ne déroge pas à la règle. L’appairage se fait également en Bluetooth et une fois les compte crée il ne faut que deux clics pour lancer sa première sortie virtuelle.

Au bout de quelques excursions en vélo virtuel (mais en pédalage réel), le constat est plutôt clair : le Home trainer remplit plus qu’honorablement sa mission. Bien sûr, l’immersion dépendra de la capacité d’imagination de chacun, mais pour ce qui est des sensations au guidon, elles sont plutôt bien reproduites, et ce alors même qu’il est impossible de tourner ou de freiner. La résistance au pédalage est beaucoup plus sensible que sur un vélo d’appartement, et Zwift s’avère être un compagnon idéal pour varier les sorties.

Surtout, ce qui nous a paru le plus appréciable, c’est la possibilité d’opter directement pour un programme d’entrainement et de n’avoir d’autres préoccupations que de pédaler suffisamment vite et suffisamment fort pour atteindre son objectif. 

Pour le reste, tout sonne comme sur un véritable vélo, à l’exception sans doute du bruit, bien plus présent dans une pièce fermée que sur la route, surtout si on y ajoute celui du ventilateur. Dès lors, l’utilisation d’un casque ou d’écouteurs est presque une nécessité, mais à l’inverse du vélo en extérieur, leur usage sur un home Trainer n’est pas prohibée ! 

800 euros, sans le vélo

Avouer qu’on a reçu un home trainer la veille de ce second confinement c’est accepter de subir les foudres (et surtout la jalousie) de ses amis et collègues les plus sportifs. Etonnement, ou non, les réactions s’atténuent lorsqu’on évoque le prix de notre Kickr Core de test. En effet, le précieux sésame se négocie tout de même près de 800 euros, sachant qu’il faut en plus fournir son propre vélo. Le prix à payer pour la connectivité et le réalisme n’est donc pas anodin.

C’est sans doute ce qui explique que la majorité des utilisateurs soient des cyclistes confirmés en quête d’amélioration de leurs performances, ou de maintien de leur niveau pendant les longs mois d’hiver. En l’état, le Home trainer reste accessible même aux novices, mais il faudra s’en remettre sans doute aux conseils et à l’aide d’un vendeur, ce qui réduit sa capacité à toucher un plus large public. 

Verdict de la prise en main :

Ce n’est donc pas un pur hasard si même les cyclistes professionnels s’adonnent au Home trainer et si les courses virtuelles ont tant de succès, y compris hors période de confinement. Pour notre part nous avons apprécié l’expérience, si naturelle et si proche du « vrai » vélo que nous a procuré le Kickr Core. Bien sûr le Home trainer ne fait pas tout et l’impression globale aurait sans doute moins de saveur sans l’aide d’une application telle que Zwift pour rythmer nos séances. Néanmoins, s’il veut vraiment s’imposer auprès du grand public, le Home trainer devra devenir plus simple à appréhender pour un acheteur non renseigné et surtout plus facile à installer. 





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *