Custom Keto Diet

[

Si vous avez un robot aspirateur chez vous, peut-être faudrait-il l’éteindre lorsque vous évoquez à voix haute des informations sensibles ! Des chercheurs en sécurité de l’université de Singapour et du Maryland viennent d’imaginer une attaque baptisée « LidarPhone »qui permet d’espionner des conversations dans une pièce au travers du lidar de cet objet connecté. En effet, pour se mouvoir dans l’espace, les robots aspirateurs utilisent des petits canons à lasers infrarouges qui tournent à 360° pour scanner l’environnement.

Or, les lasers sont déjà utilisés depuis longtemps par les agences de renseignement pour espionner des conversations dans une pièce. Des « microphones laser » envoient un faisceau lumineux sur la fenêtre de la personne ciblée et captent le rayon réfléchi. Le son de la conversation fait vibrer le verre de façon suffisante pour faire varier l’intensité de ce dernier. Il suffit de reconvertir ce signal en onde sonore pour pouvoir écouter en temps réel la conversation, et cela à plusieurs centaines de mètres de là.

Sur un robot aspirateur, ce n’est évidemment pas aussi simple. Le capteur ne récupère pas une onde parfaitement réfléchie du faisceau laser, mais uniquement des bribes par diffusion. La quantité de bruit est donc très importante. Par ailleurs, la fréquence d’échantillonnage est limitée à la capacité de mesures du lidar. Dans l’exemple étudié, un Xiaomi Roborock, le laser est envoyé 360 fois par tour de rotation, celle-ci se faisant à 5 Hz. En supposant que la rotation soit éliminée, on obtient donc une fréquence d’échantillonnage maximale de 5 x 360 = 1 800 Hz. Or, pour avoir un signal sonore intelligible, il faudrait au minimum 5 000 Hz.

Mais les chercheurs arrivent à combler ce déficit informationnel en utilisant d’une part des algorithmes de traitement de signal (interpolation, filtrage, élimination du bruit, égalisation), et d’autre part un réseau de neurones convolutif, entraîné au préalable sur une série de mots à reconnaître. Au final, leur système arrive à détecter ces mots avec une justesse de plus de 90 %. C’est plutôt pas mal quand on pense que cette écoute ne repose que sur un laser qui tape sur une poubelle ou un sac de course en plastique.

Il faut toutefois bien l’admettre, l’attaque n’est quand même pas simple à réaliser. Un pirate devra au préalable infecter le robot aspirateur avec un malware pour bloquer la rotation du lidar et se positionner de façon immobile face à un objet. Le risque est donc très faible, à moins d’être une cible très intéressante pour un groupe de hackers sophistiqués. Bref, si vous êtes poursuivi par la NSA, mieux vaut remplacer votre robot aspirateur par un balai.

Source : ZDnet





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *