Custom Keto Diet

[

La compétition de la 5G est lancée entre les opérateurs. SFR a dégainé le premier à Nice le 20 novembre. Mais Orange compte frapper fort en allumant 15 villes simultanément en France le 3 décembre. « Nous annoncerons qu’une ville est couverte en 5G uniquement lorsque nous atteignons 80% de couverture en extérieur. Il faut que cela soit significatif et pas juste que nous ayons planté une antenne dans un coin », nous précise d’emblée Marc Blanchet, le directeur technique d’Orange. Un petit tacle au passage adressé à SFR qui a réalisé son lancement 5G en ne couvrant la ville de Nice qu’à moitié.

Marc Blanchet, directeur technique et du système d'information d'Orange.

Plus de fréquences pour plus de couverture

Orange possédait déjà le plus gros portefeuille de fréquences en France. Or, il a fait plus que doubler sa mise avec les enchères de la bande 3,5 GHz. Cela lui permet en capacité de supporter plus de clients, à hauteur il est vrai de ses parts de marché, puisqu’il doit fournir un service mobile à 20 millions d’abonnés. Mais il compte bien s’appuyer sur cette richesse de fréquences pour faire la différence avec ses rivaux. Elle devrait lui permettre d’atteindre une meilleure couverture et de proposer davantage de débit à ses clients. A vérifier dès la semaine prochaine donc.

L’opérateur historique prend toutefois bien garde de survendre la 5G. « L’objectif immédiat, c’est de dé-saturer en apportant de la capacité là où on en manquait : dans les zones les plus denses, dans le cœur des grandes agglomérations françaises », détaille Marc Blanchet. Comme ses concurrents, l’opérateur historique trépigne d’impatience à l’idée d’activer la 5G dans des métropoles comme Paris ou Lille qui préfèrent prendre leur temps. Orange assure y avoir déjà déployé ses antennes et être prêt à activer immédiatement son réseau 5G dès qu’il aura obtenu un feu vert.

Entre 400 et 500 Mbit/s de débit descendant

Concernant l’expérience utilisateur, elle va se résumer à davantage de confort et de débit. « Nous allons apporter du débit supplémentaire. Il va être multiplié par 3, 4, ou 5 dès l’ouverture d’après ce que nous avons constaté dans nos sites pilotes » , ajoute-t-il.

Très concrètement, Orange pense assurer des débits descendants de l’ordre de 400 à 500 Mbit/s en réseau partagé avec des pointes à 1 Gbit/s dans des conditions optimales, où l’utilisateur se retrouverait seul sur le réseau. Concernant le débit montant, les performances maximales devraient atteindre les 100 Mbit/s. Il n’y aura pas de gain en termes de latence, par rapport à la 4G, tant que les cœurs de réseau n’auront pas migré en 5G à l’horizon 2023. Orange se montre donc dubitatif quant aux services de jeux dans le cloud proposés par SFR et Bouygues Telecom avec leurs forfaits 5G.

Le recours au partage de spectre dès la fin de l’année

Marc Blanchet ne craint pas les couacs de départ observés au lancement de la 5G en Corée du Sud ou aux Etats-Unis. Le public avait parfois déchanté devant la vitesse de connexion ou l’instabilité des réseaux. Orange a passé beaucoup de temps à tester la 5G et à affiner sa stratégie : assurer une bonne couverture en s’appuyant sur la bande 3,5 GHz et procéder à de fins réglages pour optimiser le réseau. « Les retours d’expérience que nous avons eus de l’étranger font état d’une certaine déception quand le réseau s’est appuyé sur des bandes basses. C’est normal, cela n’apporte pas débit supplémentaire. C’est bien pour cela que nous avons fait le choix de  nous concentrer sur la bande 3,5 GHz », précise-t-il.

Orange n’exclut pas pour autant de recourir dès maintenant au fameux DSS (Dynamic Sprectrum Sharing) qui consiste à partager dynamiquement le spectre entre la 4G et la 5G sur une même bande de fréquence.  Pour cela, son choix s’est porté sur la bande 2,1 GHz. Mais il s’agit pour le moment uniquement d’un accompagnement de la bande 3,5 GHz qui va permettre de compléter et d’affiner la couverture en bord de zone et donc de mieux gérer la continuité de service. A terme, cette bande sera utile pour préparer l’échéance de 2023 avec le network slicing, la massification de l’Internet des Objets et la réduction de la latence.

La 4G reste la priorité pour les zones rurales

Sur le sujet du Fixed Wireless Access (FWA) qui permet d’apporter une connexion Très Haut Débit fixe en s’appuyant sur le réseau mobile, Orange se montre prudent.

« A terme, nous proposerons probablement de la « 5G home » comme complément de couverture  «très haut débit fixe » dans les zones rurales où le FttH n’est pas encore présent comme ce que nous faisons actuellement avec la « 4G Home »Mais la priorité est bien le déploiement du FttH, complété de manière très minoritaire par des technologies comme la 4 ou 5G dans les bandes de fréquences actuelles de la 4G et du 3,5 GHz, voire le satellite, plutôt qu’avec les ondes millimétriques, même si nous n’avons pas encore pris de décision à ce sujet », avance Marc Blanchet.

Concernant ces mêmes zones rurales, la priorité n’est aujourd’hui pas de déployer la 5G mais d’améliorer la qualité et la couverture de la 4G. « Nous commencerons à y activer progressivement la 5G courant 2021 et nous nous préparons à l’ouvrir plus largement après 2023 » , nous informe encore le directeur technique d’Orange.

*01net.com appartient une filiale du groupe Altice Médias.





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *